Wikimédia France

Ca y est ! Après un an d'effort, de sueur, de conflits, de larmes, de claquements de porte et grandes déclarations emphatiques, l'association Wikimédia France est née ! Son objet : contribuer activement à la diffusion, à l'amélioration et à l'avancement du savoir et de la culture, en aidant le développement d'encyclopédies, de recueil de citations, de livres éducatifs et d'autres compilations de documents, d'information et de diverses bases de données informatives, notamment en langue française et langues régionales françaises, qui ont pour caractéristiques :
  • d'être disponibles gratuitement en ligne par les technologies de l'internet et assimilées ;
  • de disposer d'un contenu libre, mis à disposition du public par ses auteurs grâce à un contrat de mise à disposition libre, en application des dispositions du Code de la propriété intellectuelle.
Les fondateurs et statuts peuvent être trouvés ici Après avoir passé l'essentiel de la journée chez les métallos (qui nous avaient déjà accueillis en juillet 2004 - merci à eux une fois encore), nous avons achevé les statuts et leur impression au café internet le plus proche. Il faut dire que pas moins d'une journée a été nécessaire pour à nouveau modifier, corriger et remanier des statuts auquels nous travaillons depuis juillet... et qui étaient supposés être finaux... Un wikiste est probablement un individu devenu incapable d'imaginer un document immuable... l'attrait du lien "éditer cette page" étant devenu le plus fort.... Nous avons réussi à empêcher la guerre d'édition in situ à défaut de n'avoir pu trouver un consensus sur irc. En effet, autre caractéristique du wikipédien, le besoin de rester connecté à sa base, d'où la présence de plusieurs ordi connectés au net (par wifi... le parisien ne s'imagine probablement pas le degré de jalousie d'une simple clermontoise...) et un contact maintenu avec les fondateurs non présents diectement sur irc. Mon admiration va à ce sujet droit à Sam, pour sa persévérance (lors de son role de secrétaire es irc pendant toute la réunion) et son humeur égale en toutes circonstances ... En matière d'humeur, nous ne déplorons qu'un simple break pour Ryo...mais malheureusement... la perte de deux candidats co-fondateurs, qui ont choisi de laisser l'équipe continuer sans eux. J'ai observé avec intérêt la balance de pouvoir se mettant en place..., la prise d'épaisseur de certains participants au cours des derniers mois... l'émergence de nouvelles compétences, ou au contraire des repositionnements... Il manquait problablement Villy toutefois pour avoir une image claire des futurs équilibres et des roles officieux de chacun. J'ai bon espoir en cette association; un bon noyau dur est gage de succès :) Il me semble un assez bon présage également de compter parmi nous un membre des métallo et de la FING , Denis Pansu. Jusqu'à présent, notre expérience est restée très wikipedo-wikipedienne; l'implication de membres venant de structures différentes ne peut que contribuer à l'enrichissement du tissu. Un petit point noir sur lequel je souhaite m'attarder. J'ai regretté l'antiaméricanisme viscéral, de trois personnes. Attitude très franco-française qui, de mon point de vue, n'a pas lieu d'être sur Wikipédia. Nous ne sommes pas un projet américain, nous sommes un projet international, qui dépasse les simples frontières nationales, pour oeuvrer à un fabuleux objectif commun : aider à l'établissement d'un monde dans lequel tout le monde aurait accès à la connaissance. La wikipédia existe en plus de 50 langues, et la seconde langue, l'allemand, n'est jamais qu'un tiers plus petite que la version anglophone, et à ce jour est la plus avancée en terme de publication papier, d'édition de version CD rom, et tout simplement de mise en place d'un système de validation du contenu des articles. L'équipe de développeurs est excessivement internationale, voir pour s'en convaincre. Le board of Trustee de la Foundation Wikimedia même, est composé de deux représentantes dont aucune n'est américaine. La plupart d'entre nous voient dans ce project un projet global commun et non un ensemble d'entités indépendantes. C'est dans cet esprit que les statuts ont été établis. Non pas pour donner toute puissance à une fondation américaine et aux américains, mais pour tous ensemble, permettre le développement de contenu libre, et sa diffusion, dans tous les pays du monde et dans le plus grand nombre de langues possibles. Accorder le droit de vote à la foundation n'est pas se soumettre à la suprématie américaine, c'est accepter de faire partie d'un schéma global, se protéger également d'une OPA non amicale de la part de Microsoft. La création d'une association affiliée à la Foundation implique à la fois des droits et des devoirs de l'association locale vis à vis de la foundation mère (tel qu'avoir le droit d'utiliser le nom Wikimedia, ou le devoir d'informer la foundation) mais aussi des droits et des devoirs de la foundation vis à vis de l'association locale (telle qu'un droit de véto dans les modifications des buts de l'association, ou le devoir de soutenir l'association locale dans le cas d'une tourmente judiciaire). Exiger d'avoir tous les droits et aucun devoir est tout simplement déraisonnable. Comme le dit fréquemment mon mari, on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la fermière.

Commentaires

1. Le dimanche, octobre 24 2004, 20:56 par Romary

Merci pour ce "dessous des cartes". Etant un contributeur récent, je regarde cela d'un peu loin. J'i un peu de mal à comprendre ces "portes claquées", les enjeux de pouvoir sont-ils déja si grand?

2. Le lundi, octobre 25 2004, 03:37 par Anthere

Les portes claquées sont liées à deux types de problème. Le premier fut la décision de fonder une association basée sur le pays, ou basé sur la langue. Cette problématique fut externalisée par le choix du nom de l'association : *Wikimedia Francophone signe un groupement de francophones et un role de soutient avant tout de la francophonie *Wikimedia France met en avant explicitement des actions nationales. La majeure partie d'entre nous pensons cependant qu'une structure légale doit avoir une localisation géographique et être basée sur des lois, ce qui ne l'empêche pas d'agir dans un cadre plus vaste, que ce soit à l'échelle de la francophonie ou de tout le projet d'ailleurs. Par ailleurs, le terme Wikimedia France ouvre la porte à l'existence d'autres associations telles que Wikimédia Belgique ou Wikimédia Tunisie ou Wikimédia Canada, alors que Wikimédia francophone (structure francophone) devenait implicitement la structure mère des futures assocations (ce qui pouvait éventuellement créer une structure du pouvoir avec la France au sommet). Evidemment, l'angoisse sous jacente au choix de la structure basée sur le pays est que le projet fr.Wikipedia soit perçu comme franco-français. Ce qu'il n'est pas et ne doit pas être. En pratique, je pense que l'association France aidera tous les pays francophones autant qu'elle le peut. Mais conceptuellement parlant, oui, un choix (difficile) a du être fait et des portes ont claqué lors de ce choix. ----- Le deuxième claquement est d'un ordre tout différent. Nous avions la possibilité de créer une "amicale des wikipédiens" ou une structure associative ouvertement filiale de Wikimedia Foundation. Le premier cas nous garantissait une bonne indépendance et une responsabilité minimale, mais aussi réduisait nos initiatives en terme de circulation de fonds, et donc notre participation dans le projet global. Le second fait de nous le représentant officiel de la foundation sur le territoire français (ce qui implique de facto d'avantage de risques légaux). Evidemment, comme dans toute structure de type filiale, il existe des droits et des devoirs de la part de la filiale... comme de l'association mère. Dans le cas présent par exemple, la fondation possède un quasi droit de blocage pour certaines prises de décision. De même, un cas de dissolution de Wikimedia France, l'argent resté disponible ira t'il à la foundation. La Foundation est une structure américaine... ce qui fait revenir au galop le spectre du Grrrrrand Capitalisme, et de la main mise des américains sur le monde :-) Au point d'oublier que 2 des 5 membres du conseil ne sont pas américains ou de considérer qu'ils n'ont aucun pouvoir d'aucune sorte. Dans tous les cas, cette ingérence de la fondation de droit américain dans les affaires internes est mal perçue par certains contributeurs, qui ont donc choisi librement de ne pas faire partie des fondateurs. ---- Les enjeux... oui, je pense... Wikipédia change des modes, de réflexion, de fonctionnement global. C'est un peu un terrain de jeu ou d'entrainement pour apprendre à dépasser les frontières de notre esprit, celles des languages, celles des nations, celles des cultures et pour penser de façon plus globale. C'est une sorte de mini-modèle des combats actuels à l'échelle planétaire... Au moins au niveau anglo-saxon, les personnes au pouvoir ont commencé à prendre conscience des phénomènes blog ou wiki, et de leur impact. Ce n'est pas à travers le projet lui-même qu'ils prendront contact, mais à travers les associations. Florence Devouard

3. Le lundi, octobre 25 2004, 14:10 par Tipiac

J'ai bien aimé ce petit article, j'avais juste envie de le dire :)

4. Le lundi, octobre 25 2004, 20:08 par Romary

Anthere, Merci pour ces compléments d'information. Voila une problématique politique au sens grec du terme. Je commence à n'avoir été plus ancien dans Wikipédia (les grecs c'est un peu loin). Je trouve ce projet de plus en plus intéressant. Bravo, pour l'engagement et le temps au service de ce projet.

5. Le mercredi, octobre 27 2004, 01:22 par Ma'ame Michu

Ce weblog est décidément, pour toi, un espace de liberté intéressant, puisqu'il te permet d'aller plus loin, sur certains problèmes, que tu ne le ferais dans un espace de discussion sur WP.

6. Le mercredi, octobre 27 2004, 10:07 par Anthere

A noter, l'article sur netéconomie, reportant la création de l'association Wikimédia France : http://www.neteconomie.com/perl/navig.pl/neteconomie/infos/article/20041025160702

7. Le mercredi, octobre 27 2004, 15:47 par Treanna

J'espère que tu ne me compte pas permi les 3 prétendus "anti-américains". Ma réaction eut-été la même avec une fondation siègeant en suède, à Bruxelle ou à Tombouctou.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.anthere.org/trackback/174

Fil des commentaires de ce billet