Mot-clé - associatif

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, février 13 2005

C’est gratuit, cela cache quelque chose…

Je viens de lire une excellente interview de Tristan Nitot, le président de Mozilla Europe (Firefox), dans Linux Pratique de janvier février 2005. Entre autres, il répond à l’interrogation suivante : comment les gens qui développent du libre vivent t-ils ou en vivent-ils ? Ce point rejoint un ensemble de questions souvent posées au sujet de Wikipédia et des wikipédiens:
  • Mais si l’encyclopédie est gratuite, comment la financez vous ?
  • Mais de quoi vivent tous ces éditeurs qui passent des heures quotidiennement sur Wikipédia ?
  • Qu'est ce qui vous motive ?
Tristan fait une comparaison intéressante. Il évoque le monde du sport, et plus particulièrement du rugby, qui jouit encore de la présence de nombreux non-professionnels de très haut niveau. Les rygbymen se retrouvent le week-end sur le stade, et prennent grand plaisir à cette activité collective. Ensemble, ils s’entrainent, ils suent, ils prennent des coups et cherchent des strategies. De même les spectateurs profitent de matchs de grande qualité sans s’interroger sur le status de bénévoles des joueurs. Tout le monde se fait plaisir. Et personne ne songe à remettre en cause la qualité des joueurs sous le prétexte qu’ils sont bénévoles. Les artisans du libre, tels les wikipédiens, de façon similaire, se retrouvent souvent le soir, après les horaires de travail ou d’étude, pour ensemble créer des articles. Ils se prennent aussi des coups, mais ils retirent une immense satisfaction du résultat de leurs interactions avec les autres éditeurs. Le succès grandissant du projet et les commentaires enthousiastes provenant des lecteurs montre que le plaisir est aussi au rendez-vous pour les “spectateurs”. Tristan signale alors qu’on pourrait objecter que des coûts financiers sont inhérents à l’activité, tels l’entraineur, les tribunes et vestiaires, le bus pour transporter l’équipe. La même chose est vraie pour Wikipédia. Nous avons aussi des coûts, tels que les serveurs, leur hébergement, les noms de domaine, les fournitures de bureau etc… Toutes ces informations sont d’ailleurs visibles sur le site de notre fondation (Bank History 2004), ces coûts sont absolument incomparables à ce qu’ils seraient si les rugbymen passaient professionnels, ou si nous devions payer tous nos auteurs. Au final, par rapport au travail fourni, le coût est extrèmement faible. Tristan indique que chez Mozilla, tous les développeurs sont bénévoles, et qu’il n’y a au final que 12 personnes salariées. Après réflexion, la Wikimedia Foundation Inc, vient de decider d’employer deux personnes. L’une travaillera un jour par semaine sur les serveurs du lieu principal d’hébergement en Floride (pour seconder Jimbo) et l’autre à mi-temps sur diverses taches. Un comparatif intéressant serait de voir combien de personnes sont nécessaires dans la plupart des firmes commerciales pour faire fonctionner 50 serveurs… A l'exception de ces deux personnes, tous les wikipédiens sont volontaires. Certains ont un emploi, d'autres sont étudiants alors que d'autres encore sont à la recherche d'un emploi. Les mères au foyer et les retraités sont rares. Quant aux resources, d’où viennent-elles ? Chez Mozilla, Tristan indique qu’elles proviennent de ventes de tee-shirts et de sponsoring. Chez Wikipedia, les sources financières sont:
  • les donations faites par tout lecteur qui prend plaisir à assister au match… pardon, à lire nos articles… sans la moindre obligation cependant. Les donations constituent le plus gros de nos revenus (Faites_un_don)
  • le sponsorship et les donations (Subventions et sponsoring)
  • les ventes de tee-shirts (Wikipédia sur Cafe Presse) (en toute honnêteté, montant franchement très confidentiel)
Ainsi que le dit fort bien Tristan Nitot

“Au final, nous avons un produit libre et gratuit. Pourquoi ? Parce que cela ne nous coûte pas très cher de le faire, mais de la façon don’t nous le faisons – avec des bénévoles – est la seule façon de faire un produit de cette qualité, là où ça ne vaudrait pas le coup de le faire dans une logique commerciale”.

Mozilla Europe : http://www.mozilla-europe.org/fr/

vendredi, novembre 5 2004

SMSI

Le blog note de Bruno Oudet sur la préparation du sommet SMSI peut être trouvé ici même . Il pourrait peut être intéresser certains membres de l'association Wikimedia France.

dimanche, octobre 24 2004

Wikimédia France

Ca y est ! Après un an d'effort, de sueur, de conflits, de larmes, de claquements de porte et grandes déclarations emphatiques, l'association Wikimédia France est née ! Son objet : contribuer activement à la diffusion, à l'amélioration et à l'avancement du savoir et de la culture, en aidant le développement d'encyclopédies, de recueil de citations, de livres éducatifs et d'autres compilations de documents, d'information et de diverses bases de données informatives, notamment en langue française et langues régionales françaises, qui ont pour caractéristiques :
  • d'être disponibles gratuitement en ligne par les technologies de l'internet et assimilées ;
  • de disposer d'un contenu libre, mis à disposition du public par ses auteurs grâce à un contrat de mise à disposition libre, en application des dispositions du Code de la propriété intellectuelle.
Les fondateurs et statuts peuvent être trouvés ici Après avoir passé l'essentiel de la journée chez les métallos (qui nous avaient déjà accueillis en juillet 2004 - merci à eux une fois encore), nous avons achevé les statuts et leur impression au café internet le plus proche. Il faut dire que pas moins d'une journée a été nécessaire pour à nouveau modifier, corriger et remanier des statuts auquels nous travaillons depuis juillet... et qui étaient supposés être finaux... Un wikiste est probablement un individu devenu incapable d'imaginer un document immuable... l'attrait du lien "éditer cette page" étant devenu le plus fort.... Nous avons réussi à empêcher la guerre d'édition in situ à défaut de n'avoir pu trouver un consensus sur irc. En effet, autre caractéristique du wikipédien, le besoin de rester connecté à sa base, d'où la présence de plusieurs ordi connectés au net (par wifi... le parisien ne s'imagine probablement pas le degré de jalousie d'une simple clermontoise...) et un contact maintenu avec les fondateurs non présents diectement sur irc. Mon admiration va à ce sujet droit à Sam, pour sa persévérance (lors de son role de secrétaire es irc pendant toute la réunion) et son humeur égale en toutes circonstances ... En matière d'humeur, nous ne déplorons qu'un simple break pour Ryo...mais malheureusement... la perte de deux candidats co-fondateurs, qui ont choisi de laisser l'équipe continuer sans eux. J'ai observé avec intérêt la balance de pouvoir se mettant en place..., la prise d'épaisseur de certains participants au cours des derniers mois... l'émergence de nouvelles compétences, ou au contraire des repositionnements... Il manquait problablement Villy toutefois pour avoir une image claire des futurs équilibres et des roles officieux de chacun. J'ai bon espoir en cette association; un bon noyau dur est gage de succès :) Il me semble un assez bon présage également de compter parmi nous un membre des métallo et de la FING , Denis Pansu. Jusqu'à présent, notre expérience est restée très wikipedo-wikipedienne; l'implication de membres venant de structures différentes ne peut que contribuer à l'enrichissement du tissu. Un petit point noir sur lequel je souhaite m'attarder. J'ai regretté l'antiaméricanisme viscéral, de trois personnes. Attitude très franco-française qui, de mon point de vue, n'a pas lieu d'être sur Wikipédia. Nous ne sommes pas un projet américain, nous sommes un projet international, qui dépasse les simples frontières nationales, pour oeuvrer à un fabuleux objectif commun : aider à l'établissement d'un monde dans lequel tout le monde aurait accès à la connaissance. La wikipédia existe en plus de 50 langues, et la seconde langue, l'allemand, n'est jamais qu'un tiers plus petite que la version anglophone, et à ce jour est la plus avancée en terme de publication papier, d'édition de version CD rom, et tout simplement de mise en place d'un système de validation du contenu des articles. L'équipe de développeurs est excessivement internationale, voir pour s'en convaincre. Le board of Trustee de la Foundation Wikimedia même, est composé de deux représentantes dont aucune n'est américaine. La plupart d'entre nous voient dans ce project un projet global commun et non un ensemble d'entités indépendantes. C'est dans cet esprit que les statuts ont été établis. Non pas pour donner toute puissance à une fondation américaine et aux américains, mais pour tous ensemble, permettre le développement de contenu libre, et sa diffusion, dans tous les pays du monde et dans le plus grand nombre de langues possibles. Accorder le droit de vote à la foundation n'est pas se soumettre à la suprématie américaine, c'est accepter de faire partie d'un schéma global, se protéger également d'une OPA non amicale de la part de Microsoft. La création d'une association affiliée à la Foundation implique à la fois des droits et des devoirs de l'association locale vis à vis de la foundation mère (tel qu'avoir le droit d'utiliser le nom Wikimedia, ou le devoir d'informer la foundation) mais aussi des droits et des devoirs de la foundation vis à vis de l'association locale (telle qu'un droit de véto dans les modifications des buts de l'association, ou le devoir de soutenir l'association locale dans le cas d'une tourmente judiciaire). Exiger d'avoir tous les droits et aucun devoir est tout simplement déraisonnable. Comme le dit fréquemment mon mari, on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la fermière.