Mot-clé - wikimedia

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juillet 29 2011

Wikimedia Foundation, Wikimedia Chapters, Fundraising ... giving less to get more

In a blog post entitled Fundraising, chapters, and movement priorities, Stu West, Vice Chair and Treasurer of the Wikimedia Foundation, raised a number of interesting questions yesterday regarding the fundraising model currently followed by the Wikimedia organizations and its future in terms of effectiveness, accountability and funds sharing. His main questions are:

* Is it right that 50% of rich country donations stay in those rich countries?

* How do we establish solid movement-wide financial controls to protect donor funds? How do we ensure transparency of the use of those funds?

* Who is ultimately responsible for stewarding donors’ contributions?

* How do we address the above questions while maintaining the decentralization that has made our movement so great?

Thank you Stu for asking these tough questions.

Until now, the post has collected 3 responses. One answer is made in an excellent blog post entitled Subsidiarity as a fundamental principle by Sebastien Moleski, Chair of Wikimedia Deutschland. Another answer, Chapters, fundraising, and “the movement”, is made by Phoebe Ayer, board member of Wikimedia foundation (upon the suggestions of the Wikimedia chapters). And the last comment is from Brad Patrick, former CEO and legal advisor of Wikimedia Foundation.

Stu: Is it right that 50% of rich country donations stay in those rich countries?

As both Phoebe and Seb pointed out, this question is unfortunately misleading. These 50% come totally out the blue and there is currently no way to "guess" which percentage of the money collected in rich-countries is actually spent in rich-countries.

The known figures are :

1) total money collected by Wikimedia Foundation AND the countries this money come from. For the sake on comparison, from November 2010 to January 2011 included, WMF collected 67% from US citizens, 6% from Canada, 3% from Japan, 2% from Spain and 1% from India (other countries made less). The amount collected in the USA in those three months was over $10 millions for a total countrywide of $14.8 millions.

2) the money collected by chapters in their own countries; During the last fundraiser, this amount was 15% ($4.3 millions) of the grand total of "Wikimedia Foundation + Wikimedia Chapters participating to the fundraiser"

3) 50% of the money collected during the last fundraiser by the chapters are (or should be) transferred to the Wikimedia Foundation

The unknow or poorly estimated figures are :

1) an estimate of which chapters can be considered from rich-countries and which can be considered from non-rich countries. I will let you work on this one, there already was a long troll on internal lists over whether a nation was rich or non-rich and as to how it should then be called. Let's agree nevertheless than the highest majority of chapters participating in the last fundraising drive can probably be considered located in "rich-countries": Australia, Austria, France, Hungary, Germany, Israel, Italy, Netherlands, Russia, Sweden, Switzerland, UK.

2) the percentage of money collected in all these organizations and currently staying (being spent) in the country. Even though some chapters fund other "non-rich" chapters, even though the WMF is starting efforts in India, likelihood that money is deliberately spent in "less-rich" countries is very low. As Seb pointed out, WMF annual plan clearly shows that most of WMF expenses are actually made in the USA (technical hosting facilities, salaries, rent etc.). Actually, WMF requests from most new non-US staff to quit their country and move to the USA, which is understandable from a management perspective, but does not participate in the wealth of the countries drained from their valuable human ressources.

3) There is no evidence that transferring the money collected by chapters to Wikimedia Foundation will lead to it being spent in "poor countries" rather than "rich countries". It may or it may not.

No current plan, whether WMF or chapter currently outlines a programme where less than 50% of the budget ought to be spent in rich-countries. I certainly have no opposition for programs to be developed in the Global South and I certainly hope that Wikimedia France will support activities and new born chapters in French-speaking Africa in the near future.

Besides, most of the money currently collected is spent, not to benefit the local population but a project which is by essence worldwide. For example, when Wikimedia France makes a partnership with the Chateau de Versailles, some money is spent on the way on the french territory, but it certainly does not only benefit French citizens, but all those being able to access the wonderful content produced.

Most of the really big and useful projects are driven by the community of volunteers, with appreciated support from staff. But requiring that money be spent in places where there is little community will mean more need to involve staff, more money spent, and more controls to set up.

In short, I read behind this question some of this frequently observed american righteousness which would call for an equality on the paper even though it is not practical. It is interesting to read in both Stu and Seb posts the alternative about how to spend the donors money : should be done primarily according to efficiency and cold logic, or should it massively take into account PR and feelings of what is "right" or "wrong".

My own question would rather be.... to which point Wikimedia organizations should be proactive in making things happen ? Should/could they be leading forces in organizing events, setting up partnerships, seeding communities in the Global South, promoting the benefits of women participation, lobbying governements etc. Or should/could they just be supporting ressources for the community of volunteers ?

Stu: How do we establish solid movement-wide financial controls to protect donor funds? There are real risks of something bad happening (most likely inadvertent) with so much money flowing around orgs that don’t have good uses established for their funds.

I totally share Stu position on this matter and feel equally concerned by this topic. And completely agree with Seb that the responsibility rest in all of us whilst the Wikimedia Foundation has been the only one forcing chapters to follow stricter requirements thanks to the fundraising agreements. His position requiring that we "set of global minimum standards and a solid and independent reporting/enforcement structure" is completely along the line of what Thierry Coudray (Wikimedia France Treasurer) and I proposed during the last Wikimedia chapter meeting.

Stu: Who is ultimately responsible for stewarding donors’ contributions?

It is a multiple level responsibility. Each chapter holds a good part of the responsibility. And Wikimedia Foundation another part. Note that whilst WMF feels partly helpless and worried by its poor ability to control financial and reputation risks, Chapters feel equally helpless and worried by their poor ability to control the activity of WMF. The Audit Committee being a Wikimedia Foundation legal structure and chapters being independant legal entities, the Audit Committee should have no oversight authority over the chapters. Once again, what is needed is an independant auditing structure.

Brad: I am representative of the view (perhaps the most demanding view) of the chapters “earning” their way forward.

Totally agree with you that the chapters should be earning their way forward. You and I travelled on this way a few years back when respectively staff and board member of WMF, and God knows it has been a hard way ! Wikimedia Foundation is sometimes a little too tough with chapters which are not moving forward fast enough and professionally enough to their taste and I sometimes feel it is forgetting the past a little bit too quickly (WMF went through rough roads as well), but this is required. I would only hope that WMF would remember that money is required to grow up, good staff is needed to set up all those (quite boring) financial, accounting, legal procedures and controls. And with limited money, a chapter can not hire good staff. The new fundraising agreement can end up in the WMF controlling the speed of growth of chapters through the limitation of their fundraising ability. I hope WMF will not abuse this feature and limit maturing whilst at the same time requesting it. There is a fine balance here.

Brad:You can’t just hand over the money and wish the chapters good luck. And you can’t rule the world from San Francisco, either. I strongly recommend sticking to first principles, doing things openly, transparently, and with community input, and keeping ultimate responsibility (as it must be) with the Board.

WMF does not *hand over* the money to Chapters. They must sweat to earn that money. They must set up collecting websites, sound banking systems, accounting procedures, private donors data management, provide fiscal receipts, translate WMF messages, craft PR content, get independantly audited, transfer money internationally and so on. It is not just HANDING OVER money. Actually, with less means, most chapters do more than WMF when it was at the same stage of development. For equivalent collected money, most chapters do that with volunteers when WMF already had staff to help. The difference is that WMF kept all the money collected whilst chapters have to hand over 50% of it to WMF. I recognize the efforts of all, but please give credit when credit is due.

My point is not irrelevant. One path the Wikimedia mouvement could travel on would be to let Wikimedia Foundation do all the collecting work. There would be disadvantages in this that WMF would not be able to provide fiscal receipts in most countries and would not be able to cultivate donors in all countries as Chapters can do. It will also have to deal with international communication all by itself. Chance is that far less money would be collected reference needed. However, Wikimedia Foundation would get rid of all these painful points related to transparency, accountability, control, or money share. Stu's post would be largely moot. In this case, the solution would be that Chapters would annually apply to a grant to Wikimedia Foundation and would in effect be *handed out* their annual revenue by the Wikimedia Foundation with limited work to provide except good grand requests and reports.

Until now, this is actually how "non-rich" chapters survive.

Thank you Stu for raising these very difficult questions. I do not expect the situation will be fixed anytime soon, but we could already work on shared procedures and controls as well as on an independant auditing organization.

vendredi, juillet 23 2010

"What Working for Wikipedia Taught Me About Collaboration" de Sandra Ordonnez

Sandy ("wikiblue") était la première "Head of Communication" (salariée) de la Wikimedia Foundation lorsque celle-ci était encore à St Petersburg (Florida), embauchée par son premier directeur, Patrick Bradford. Elle a quitté la Wikimedia Foundation lorsque les locaux de cette dernière ont été déménagé à San Francisco. J'étais présidente de la Wikimedia Foundation à cette époque, et je garde un excellent souvenir de Sandy (avec laquelle je suis toujours en contact épisodique sur le fameux Facebook).

Dans un savoureux article publié sur pbs.org, elle nous relate son expérience en tant qu'employée de la Wikimedia Foundation.

At that time, Wikipedia's internal structure did not match the widespread success and attention it was beginning to enjoy. I found myself working in a thrifty "rent-by-the-month" office building with three other employees: An administrative assistant, a fundraiser/hardcore Wikipedian, and a CFO. I was told that most tasks, including the communication projects, were carried out by a large network of international volunteers.

Elle rappelle avoir commencé à travailler pour l'organisation, dans des locaux assez "cheap". Il s'agissait d'environ 4 à 5 pièces louées dans un de ses batiments réservés à l'hébergement de petites sociétés, typiquement assurances et autres travailleurs indépendants), en compagnie de trois autres employés. Bizarremment, elle a oublié un des salariés également présents dans les locaux de St Petersburg. Le Directeur, Brad Patrick, qui tenait aussi le rôle de Chief Legal Officer. Bon, la mémoire joue toujours des tours... mais il s'agissait tout de même de son "chef"... Ceci est peut être un bon signe de la confusion qui régnait à l'époque :)

I immediately began to review the public relations materials available to me, and almost immediately went into panic mode. There was no polished press kit, press list or, dare I say, communication strategy. In fact, the majority of individuals on the communications committee had little to no public relations training, and were more intellectual and techie than the average PR practitioner at that time.

Tout à fait. Et c'est encore largement le mode de fonctionnement des associations locales Wikimedia... A compter de l'arrivée de Sue Gartner comme nouvelle directrice, il sera souvent fait appel à des intervenants extérieurs pour "entrainer" les salariés et les membres du conseil d'adminstration sur divers points. Je me rappelle un "media training workshop" tenu par Ruth-Ellen Soles (communications consultant et anciennement CBC spokesperson), pour nous former à mieux répondre à la presse. A ce jour cependant, la majorité des bénévoles répondant à la presse demeurent sans aucune formation.

A few weeks into the job, with little training and a very primitive understanding of the wiki ethos, I encountered my first PR crisis. A hardcore and well known Wikipedian, Essjay, had lied to the New Yorker about his credentials. Not surprisingly, the years of crisis communication training I received was useless in the context I found myself in. For a brief moment, I honestly thought that my career as a PR specialist had come to an end. The New Yorker, in my mind, was the bible of the media world; there was no way that our online encyclopedia was going to survive the PR damage.

In the midst of my concerns, I soon became a believer in the power of collaboration. That crisis was the moment when the new media landscape unfolded before my eyes.

The volunteers took charge. They created a Wikipedia entry that documented the event in gruesome detail. It was honest, direct and, amazingly, had no PR spin. In fact, for most Wikipedia members, the biggest concern was that Essjay had used his false credentials in content disputes. It was apparent to me that there was never any malice or hidden agenda. Essjay himself had revealed his real credentials on his user profile when he was hired by Wikia, a company owned by Wikipedia founder, Jimmy Wales. In fact, in the months that followed, I found the community became self-correcting by encouraging the use of real names and identities. It found a way to help prevent this type of issue from happening again.

Quelques semaines après son arrivée à ce poste, Wikipedia a connu un scandale important: un wikipedien de longue souche, étudiant dans la vraie vie, avait prétendu pendant longtemps être un professeur et utilisé cet argument pour avoir plus de poids dans certaines discussions portant sur le contenu dans Wikipedia. Un exemple classique de "Appeal from Authority". Mais il avait fait encore pire... interviewé par le New York Times, il a eu la bétise de se présenter sous la casquette de ce professeur, alors même que devenu salarié de Wikia, il avait révélé sa véritable identité à ses collègues de travail. Le retour de baton ne s'est pas fait attendre et pendant plusieurs jours, le téléphone de la Wikimedia Foundation n'a cessé de sonner. La presse s'est déchainée. J'ai aussi souvenir de longues discussions internes sur la façon dont nous devions réagir. Il n'est pas peu dire que nous étions vraiment non préparées à réagir à un tel scandale et j'imagine sans peine le stress dont Sandy a été victime.

Et puis finalement, ce ne fut pas le seul scandale qu'a vécu Wikipedia. Et aucun n'a vraiment réussi à ralentir sa course. A vrai dire, les scandales ont souvent plutôt comme conséquence l'arrivée de nouveaux participants.

Sandy en a tiré quelques leçons qu'elle partage avec nous, et qui peuvent être étendues à tous les usages de wikis:

Trust the Crowd; Its Smarter than You -- The sooner you trust the group and empower it, the sooner it can produce high quality results. The group can make up for any weaknesses you may have as an individual. The idea is to bring out the strongest skills and downplay the weakest in each person.

Diversity and Creativity Are Intrinsically Connected -- Creative brainstorming is significantly improved by diversity. Individuals not only challenge each others' ideas, but they also inspire each other as well.

Collaboration is Messy -- When Jimmy Wales said "Wikipedia is like a sausage: you might like the taste of it, but you don't necessarily want to see how it's made," he wasn't kidding. Chaos, in many ways, seems to be the spark of great collaborative endeavors.

Be Open to Receiving and Giving Criticism -- When working collaboratively, it is important to let go of your ego. Learn to not take things personally and be honest about what you think without being disrespectful.

Celui qui me semble le plus important a répéter est probablement celui qui souligne que la collaboration n'est pas chose facile et qu'il faut s'attendre à devoir "mouiller le maillot". Bien loin d'être un monde de bisounours, les plateformes wikis sont souvent le théatre de conflits. Le wiki fournissant un environnement transparent, les désaccords deviennent visibles à tous. On est pas d'accord et on se le dit. Le désaccord ne reste pas cantonné à deux personnes, il peut s'étendre, chacun voulant ajouter son grain de sel. Entre ceux qui ajoutent de l'eau au moulin du débat, ceux qui essayent de jouer un rôle de médiateur, et ceux qui se posent en arbitres prêts à prendre la décision à la place des autres, le wiki devient vite un lieu assez chaud, révélateur de tensions non-dites et de conflits larvés. Les conversations se croisent, s'entremèlent, les insultes fusent parfois, de nouveaux groupes d'intérêts se créent, des cabales se rèvent. Mais c'est de cette foultitude de discussions bigarées que peut naître une solution plus innovante que toutes les solutions précédemment imaginées et que des relations plus complices se nouent.

Il faut accepter l'existence des désaccords publics sur un wiki, en essayant de se souvenir que c'est de ce foutoir qu'émerge la créativité et que la seule chose qu'il faille exiger est le respect des personnes impliquées. On peut critiquer l'idée et la position, mais pas s'attaquer à la personne.

Loin de moi l'idée de dire que le conflit n'existe pas dans les entreprises, mais il est souvent plus caché derrière les portes, murmuré et incrusté dans les non-dits. Ce refus d'oser exprimer un désaccord en public est probablement une des raisons principales pour lesquelles les wikis sont difficilement adoptés en entreprise.

L'article de Sandy, salariée, relatant sa découverte d'une communauté wiki.

mercredi, mars 26 2008

Davos et les images libres

Quand on pense Davos... on pense capitalisme effréné. Quelle ne fut pas notre surprise en découvrant un paquet de photos prises par les photographes professionnels de Davos, en ligne sur Flickr, sous une licence libre...

Tellement surpris qu'un wikipédien a même écrit au WEF pour vérifier qu'il n'y avait pas erreur (publication rogue, erreur d'attribution de licence etc...). Et bien non, c'était prévu et délibéré.

Chapeau.

Lire aussi

dimanche, février 13 2005

C’est gratuit, cela cache quelque chose…

Je viens de lire une excellente interview de Tristan Nitot, le président de Mozilla Europe (Firefox), dans Linux Pratique de janvier février 2005. Entre autres, il répond à l’interrogation suivante : comment les gens qui développent du libre vivent t-ils ou en vivent-ils ? Ce point rejoint un ensemble de questions souvent posées au sujet de Wikipédia et des wikipédiens:
  • Mais si l’encyclopédie est gratuite, comment la financez vous ?
  • Mais de quoi vivent tous ces éditeurs qui passent des heures quotidiennement sur Wikipédia ?
  • Qu'est ce qui vous motive ?
Tristan fait une comparaison intéressante. Il évoque le monde du sport, et plus particulièrement du rugby, qui jouit encore de la présence de nombreux non-professionnels de très haut niveau. Les rygbymen se retrouvent le week-end sur le stade, et prennent grand plaisir à cette activité collective. Ensemble, ils s’entrainent, ils suent, ils prennent des coups et cherchent des strategies. De même les spectateurs profitent de matchs de grande qualité sans s’interroger sur le status de bénévoles des joueurs. Tout le monde se fait plaisir. Et personne ne songe à remettre en cause la qualité des joueurs sous le prétexte qu’ils sont bénévoles. Les artisans du libre, tels les wikipédiens, de façon similaire, se retrouvent souvent le soir, après les horaires de travail ou d’étude, pour ensemble créer des articles. Ils se prennent aussi des coups, mais ils retirent une immense satisfaction du résultat de leurs interactions avec les autres éditeurs. Le succès grandissant du projet et les commentaires enthousiastes provenant des lecteurs montre que le plaisir est aussi au rendez-vous pour les “spectateurs”. Tristan signale alors qu’on pourrait objecter que des coûts financiers sont inhérents à l’activité, tels l’entraineur, les tribunes et vestiaires, le bus pour transporter l’équipe. La même chose est vraie pour Wikipédia. Nous avons aussi des coûts, tels que les serveurs, leur hébergement, les noms de domaine, les fournitures de bureau etc… Toutes ces informations sont d’ailleurs visibles sur le site de notre fondation (Bank History 2004), ces coûts sont absolument incomparables à ce qu’ils seraient si les rugbymen passaient professionnels, ou si nous devions payer tous nos auteurs. Au final, par rapport au travail fourni, le coût est extrèmement faible. Tristan indique que chez Mozilla, tous les développeurs sont bénévoles, et qu’il n’y a au final que 12 personnes salariées. Après réflexion, la Wikimedia Foundation Inc, vient de decider d’employer deux personnes. L’une travaillera un jour par semaine sur les serveurs du lieu principal d’hébergement en Floride (pour seconder Jimbo) et l’autre à mi-temps sur diverses taches. Un comparatif intéressant serait de voir combien de personnes sont nécessaires dans la plupart des firmes commerciales pour faire fonctionner 50 serveurs… A l'exception de ces deux personnes, tous les wikipédiens sont volontaires. Certains ont un emploi, d'autres sont étudiants alors que d'autres encore sont à la recherche d'un emploi. Les mères au foyer et les retraités sont rares. Quant aux resources, d’où viennent-elles ? Chez Mozilla, Tristan indique qu’elles proviennent de ventes de tee-shirts et de sponsoring. Chez Wikipedia, les sources financières sont:
  • les donations faites par tout lecteur qui prend plaisir à assister au match… pardon, à lire nos articles… sans la moindre obligation cependant. Les donations constituent le plus gros de nos revenus (Faites_un_don)
  • le sponsorship et les donations (Subventions et sponsoring)
  • les ventes de tee-shirts (Wikipédia sur Cafe Presse) (en toute honnêteté, montant franchement très confidentiel)
Ainsi que le dit fort bien Tristan Nitot

“Au final, nous avons un produit libre et gratuit. Pourquoi ? Parce que cela ne nous coûte pas très cher de le faire, mais de la façon don’t nous le faisons – avec des bénévoles – est la seule façon de faire un produit de cette qualité, là où ça ne vaudrait pas le coup de le faire dans une logique commerciale”.

Mozilla Europe : http://www.mozilla-europe.org/fr/

vendredi, novembre 5 2004

SMSI

Le blog note de Bruno Oudet sur la préparation du sommet SMSI peut être trouvé ici même . Il pourrait peut être intéresser certains membres de l'association Wikimedia France.

mercredi, novembre 3 2004

Utiliser les TIC en classe? On veut bien, mais on ne sait pas comment!

Un éditorial intéressant publié cette semaine, écrit par Audrey Miller, dans l'Inforbourg (agence de presse pédagogique). Audrey évoque la difficulté qu'il y a à apprivoiser les nouvelles technologies de l'information, et à intégrer leur usage dans le cursus scolaire canadien. A noter, qu'un autre lien dans Inforbourg mentionne la mise en ligne de l'Encyclopédie Hachette Multimédia en Ligne, encyclopédie proposant un contenu validé (articles, atlas et dictionnaire complets) et constamment mis à jour, et qui pourrait devenir une grande ressource pour les enseignants. Dans le même article Audrey indique la venue proche d'un comparatif entre l'encyclopédie Hachette et Wikipédia ! (rassurez vous, je l'ai déjà contactée). De l'usage de Wikipédia par nos enfants Au dela de la comparaison qualitative et quantitative de Wikipédia et de l'encyclopédie Hachette, un argument qui risque d'être utilisé en défaveur de l'usage de Wikipédia en milieu scolaire, est le faible niveau de censure de nos articles. En matière d'usage scolaire, ou tout simplement d'usage par les enfants, Wikipédia pourrait être considérée comme inadaptée, pas tant en raison du niveau des articles plutôt destinés aux adultes qu'en raison de la quasi absence de filtres éliminant la nudité, le sexe, la violence, ou tout autre contenu parfois jugé inapproprié pourr nos petits. En trois ans, la problématique du filtrage a souvent été mentionnée dans la communauté et j'ai moi-même participé à une proposition de système de filtre parental , basé sur le système ICRA. Voir la proposition de gestion du contenu choquant (en). L'usage de filtres n'a cependant pas été retenu par la communauté, qui s'affiche ouvertement contre toute tentative de censure. Toutefois, victimes d'un biais systématique, des phénomènes d'auto-censure se produisent, parfois fort différents selon les languages. Ainsi, sur la wikipédia anglophone, un débat vieux de plus d'un an se poursuit concernant la présence d'une photo de clitoris sur la page même, alors que la communauté francophone a visiblement décidé de ne la mettre à disposition qu'avec un lien d'alerte.
Soyons honnêtes, si vous étiez un enfant, ne cliqueriez vous pas IMMEDIATEMENT sur ce joli lien jaune ?
La communauté s'est cependant fermement opposée à mettre disponible directement sur la page, une photo de la tête coupée de Nick Berg. Enfin, en terme de contenu perturbant, l'article Shock site propose des liens désactivés vers les sites en question, rendant l'accès à ses derniers un peu plus complexes (mais non impossible, n'est ce pas ?). Une des grandes difficultés concernant la mise en place d'un système de filtre parentale, est ... tout simplement... de décider de ce qui est potentiellement choquant et de ce qu'il ne l'est pas... Et pourtant, si en effet Wikipédia peut potentiellement contenir des articles perturbant les enfants, j'encourage son usage, non seulement comme source d'information mais également comme moteur de développement personnel et apprentissage au travail collectif... pas toujours évident à développer en milieu scolaire avec des classes surchargées. Nous avons déjà reçu parmi nous des adolescents ou de jeunes adultes, et leur enseignant, pour des projets d'enrichissement d'un coin de l'encyclopédie. Voir à ce sujet le projet P8 : arts contemporains. Dernier développement à signaler sur le front junior : La Foundation Wikimedia a reçu récemment 10 000 dollars de la Beck Foundation, pour développer une collection de petits livres destinés aux enfants, à partir du contenu de l'encyclopédie anglophone. Ce projet est en cours de réflexion. Nous espérons par le biais de ce type d'initiative, pouvoir proposer aux enfants, un contenu de qualité, validé, contrôlé, pédagogique tout autant que ludique. Florence Devouard Vice-présidente de la Wikimedia Foundation Maman de 2 enfants.

lundi, novembre 1 2004

Wikimania 2005 à Frankfort

Une rencontre ouverte à tous les utilisateurs des projets Wikimedia (dont fait partie Wikipedia va avoir lieu à la fin de l'été 2005. En pratique, nous espérons plusieurs centaines de participants, wikipédiens ou non. Lors de cette réunion, la parole sera donnée à des orateurs membres de Wikipédia ainsi qu'éventuellement à des non-membres. Un des buts de cette rencontre est de permettre à tous les wikimédiens de se rencontrer et d'en apprendre plus sur les projets dans les différents langues. La première étape consistant à choisir le lieu de cette rencontre vient de s'achever. Au démarrage du projet, il est tout de suite apparu un désir très fort de la part des wikipédiens européens d'accueillir cette rencontre mondiale. Une bonne dizaine de villes européennes ont ainsi été proposées, liste réduite à trois finalistes, Frankfort, Rotterdam et Dublin. Au terme d'une réunion (dont je ne vous dirais rien vu obligations familiales en ce 31 octobre, si ce n'est que le système de vote utilisé fut celui de Condorcet), le comité d'organisation a élu '''la ville d'accueil : Frankfort'''.

mardi, octobre 26 2004

Estimer son taux de participation à Wikipédia

Compteur d'édit Certes, la qualité de la contribution ne se mesure pas en nombre de click sur le bouton "sauver" (sinon, je serais bien évidemment gagnante... comment ça... ma cheville va beaucoup mieux depuis samedi merci... le gonflement est parti), mais il est toujours amusant de mesurer notre wikipédiholisme à cette aune. Essayez ! anthere

dimanche, octobre 24 2004

Wikimédia France

Ca y est ! Après un an d'effort, de sueur, de conflits, de larmes, de claquements de porte et grandes déclarations emphatiques, l'association Wikimédia France est née ! Son objet : contribuer activement à la diffusion, à l'amélioration et à l'avancement du savoir et de la culture, en aidant le développement d'encyclopédies, de recueil de citations, de livres éducatifs et d'autres compilations de documents, d'information et de diverses bases de données informatives, notamment en langue française et langues régionales françaises, qui ont pour caractéristiques :
  • d'être disponibles gratuitement en ligne par les technologies de l'internet et assimilées ;
  • de disposer d'un contenu libre, mis à disposition du public par ses auteurs grâce à un contrat de mise à disposition libre, en application des dispositions du Code de la propriété intellectuelle.
Les fondateurs et statuts peuvent être trouvés ici Après avoir passé l'essentiel de la journée chez les métallos (qui nous avaient déjà accueillis en juillet 2004 - merci à eux une fois encore), nous avons achevé les statuts et leur impression au café internet le plus proche. Il faut dire que pas moins d'une journée a été nécessaire pour à nouveau modifier, corriger et remanier des statuts auquels nous travaillons depuis juillet... et qui étaient supposés être finaux... Un wikiste est probablement un individu devenu incapable d'imaginer un document immuable... l'attrait du lien "éditer cette page" étant devenu le plus fort.... Nous avons réussi à empêcher la guerre d'édition in situ à défaut de n'avoir pu trouver un consensus sur irc. En effet, autre caractéristique du wikipédien, le besoin de rester connecté à sa base, d'où la présence de plusieurs ordi connectés au net (par wifi... le parisien ne s'imagine probablement pas le degré de jalousie d'une simple clermontoise...) et un contact maintenu avec les fondateurs non présents diectement sur irc. Mon admiration va à ce sujet droit à Sam, pour sa persévérance (lors de son role de secrétaire es irc pendant toute la réunion) et son humeur égale en toutes circonstances ... En matière d'humeur, nous ne déplorons qu'un simple break pour Ryo...mais malheureusement... la perte de deux candidats co-fondateurs, qui ont choisi de laisser l'équipe continuer sans eux. J'ai observé avec intérêt la balance de pouvoir se mettant en place..., la prise d'épaisseur de certains participants au cours des derniers mois... l'émergence de nouvelles compétences, ou au contraire des repositionnements... Il manquait problablement Villy toutefois pour avoir une image claire des futurs équilibres et des roles officieux de chacun. J'ai bon espoir en cette association; un bon noyau dur est gage de succès :) Il me semble un assez bon présage également de compter parmi nous un membre des métallo et de la FING , Denis Pansu. Jusqu'à présent, notre expérience est restée très wikipedo-wikipedienne; l'implication de membres venant de structures différentes ne peut que contribuer à l'enrichissement du tissu. Un petit point noir sur lequel je souhaite m'attarder. J'ai regretté l'antiaméricanisme viscéral, de trois personnes. Attitude très franco-française qui, de mon point de vue, n'a pas lieu d'être sur Wikipédia. Nous ne sommes pas un projet américain, nous sommes un projet international, qui dépasse les simples frontières nationales, pour oeuvrer à un fabuleux objectif commun : aider à l'établissement d'un monde dans lequel tout le monde aurait accès à la connaissance. La wikipédia existe en plus de 50 langues, et la seconde langue, l'allemand, n'est jamais qu'un tiers plus petite que la version anglophone, et à ce jour est la plus avancée en terme de publication papier, d'édition de version CD rom, et tout simplement de mise en place d'un système de validation du contenu des articles. L'équipe de développeurs est excessivement internationale, voir pour s'en convaincre. Le board of Trustee de la Foundation Wikimedia même, est composé de deux représentantes dont aucune n'est américaine. La plupart d'entre nous voient dans ce project un projet global commun et non un ensemble d'entités indépendantes. C'est dans cet esprit que les statuts ont été établis. Non pas pour donner toute puissance à une fondation américaine et aux américains, mais pour tous ensemble, permettre le développement de contenu libre, et sa diffusion, dans tous les pays du monde et dans le plus grand nombre de langues possibles. Accorder le droit de vote à la foundation n'est pas se soumettre à la suprématie américaine, c'est accepter de faire partie d'un schéma global, se protéger également d'une OPA non amicale de la part de Microsoft. La création d'une association affiliée à la Foundation implique à la fois des droits et des devoirs de l'association locale vis à vis de la foundation mère (tel qu'avoir le droit d'utiliser le nom Wikimedia, ou le devoir d'informer la foundation) mais aussi des droits et des devoirs de la foundation vis à vis de l'association locale (telle qu'un droit de véto dans les modifications des buts de l'association, ou le devoir de soutenir l'association locale dans le cas d'une tourmente judiciaire). Exiger d'avoir tous les droits et aucun devoir est tout simplement déraisonnable. Comme le dit fréquemment mon mari, on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la fermière.

vendredi, octobre 22 2004

On Jimbo weblog

People sometimes ask me why I’m so adamant that Wikipedia must always use free software, even when in some cases it might be the case that proprietary software might be more convenient or better suited for some particular need that we have. Jimbo
Opinion (english)

mardi, octobre 19 2004

Bulletin d'information de la Fondation Wikimedia

Wikimedia Foundation publie sa première lettre de diffusion, contenant en particulier une interview avec Ward Cunningham, le créateur du concept Wiki. Wikimedia_Quarto